Programme France Caraïbe

Programme France Caraïbe

Séminaire 18 Mars 2010: Conférence de Raymond Massé : La société martiniquaise au défi de la «détresse créole».




L'anthropologue québécois de l'Université Laval, Raymond Massé interviendra pour une conférence sur "La détresse créole" le 18 Mars 2010, à 14h30 Amphi Ellul à Sciences Po Bordeaux.


Présentation: La société martiniquaise au défi de la «détresse créole».


La détresse psychologique est-elle universelle ou contextuelle? S'exprime-t-elle à travers les mêmes symptômes et donne-t-elle lieu aux mêmes interprétations et aux mêmes explications populaires d'une culture à une autre? Les analyses proposées dans le cadre de cette conférence (et présentées dans l'ouvrage de Raymond Massé sur «Détresse créole», Presses de l'Université Laval, Québec, 2008) confirment l'importance de l'influence qu'exerce la culture locale martiniquaise sur la nature et l'expérience vécue des épisodes de souffrances psychiques. La détresse martiniquaise est bien une détresse créole. Intimement liée à la souffrance sociale qui lui sert d'assises, elle est modelée autant par le passé colonial que par le contexte postcolonial d'aujourd'hui. L'auteur propose alors deux chantiers de recherche complémentaires qu'il articule dans le cadre d'une ethnoépidémiologie de la détresse psychique. Un premier chantier s'efforce de retracer l'influence de facteurs structurels (économique, politique et culturel) sur les conditions concrètes d'existence qui déstabilisent les individus les plus vulnérables. Les événements des derniers mois à la Martinique confirment le poids de ces facteurs structurels profondément enracinés autant dans un passé colonial que dans les ratés d'une autonomie postcoloniale. Un second chantier étudie la détresse, non plus exclusivement à travers des catégories diagnostiques psychiatriques mais, tout autant, comme langage créole de la souffrance. Le regard se porte alors sur les idiomes locaux à travers lesquels l'Antillais identifie, exprime et explique sa détresse. Dépendance économique, débats sur l'autonomie politique, croyances magico-religieuses et quête de reconnaissance s'entrechoquent dans cette ethnoépidémiologie de la détresse psychologique dont l'objectif sera de concilier analyses politique, économique et culturelle des causes de la souffrance sociale et psychique dans la Martinique postcoloniale. Ce sont les modalités de cette articulation de divers facteurs explicatifs qui constituent un défi tout particulier pour les professionnels de la santé, pour les administrations publiques et pour les chercheurs antillais.

 

Raymond Massé

Professeur titulaire

Département d'anthropologie

Université Laval

Québec, Canada





26/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres